Du net à la bague au doigt.

champagne-1262279028L’amour encore l’amour et le célibat. Aujourd’hui, c’est comme si la moitié de la planète cherchait à tout prix à se caser « avant ». Mais avant quoi ? La fin du monde, la ménopause, le meilleur pote, avant que les grands-parents ne rejoignent les boîtes sous terre ? Avant que l’on soit montré du doigt par… Soi-même ? En réalité, ce bipède que l’on nomme « Homme » est assez fortiche pour s’infliger des pressions tout seul, comme un grand. Généralement il est plus facile de penser que l’entourage et le système sont les premiers responsables de ce schéma sentimental que l’humain s’impose. Mais bonne nouvelle pour ceux et celles qui veulent dégoter l’amour le temps d’un passage ou pourquoi pas pour la vie, il reste le net. Katerina en est la preuve vivante… 

Le contexte :

Deux mariées, deux célibataires crânent dans leur petite Fiat 500 couleur caramel boisé, au toit ouvrant et aux sièges en tissu. Précision : ce n’est pas la leur mais chut, ça il ne faut pas le dire. Elles ont fait un emprunt pour le w-e à un prix imbattable… Ce qui leur donne le droit pensent-elles, de snober les 307 sur l’autoroute et de sourire aux motards qui eux, n’ont point le temps de s’attarder sur leurs cas. Musique à fond, elles sont fin prêtes pour une virée de deux jours direction Reims. Leur objectif ? S’arroser au champagne et se remplir les estomacs comme de bonnes oies.

Les quatre protagonistes :

  • Suzy et moi-même ! Deux célibataires de 28 ans et quelques mois. Joyeuses et un tantinet cafardeuses le temps de trois soirées par mois, on croque la vie à pleines dents. On régale les « autres » avec nos love stories qui la plupart du temps n’ont ni queue ni tête mais qui ont le mérite de provoquer des éclats de rires.
  • Josepha ! Mexicaine et mariée à son mari. Heureuse dans son couple, elle n’a jamais été tentée de voir si l’herbe était plus verte ailleurs alors que sa petite fleur n’a connue que l’unique et cher et tendre qui partage sa vie.
  • Katerina ! Haaaaa Katerina. Ca sonne prénom d’princesse russe, non ? Et pourtant bien qu’originaire du pays de Tolstoï, l’ex demoiselle a trouvé son prince en surfant sur le web. C’était LA découverte du week-end tandis que nous plongions nos moules dans leur marinière. Trois d’entre elles ont d’ailleurs connu un léger accrochage dans nos gorges à l’annonce de cette surprenante info. Depuis deux que nous nous côtoyons, nous n’avions jamais pensé à lui demander comment avait-elle rencontré son bel Arnaud alias Nauno. Pour nous, c’était pourtant logique, banal tout ce qui avait de plus ordinaire : une rencontre dans un bar, lors d’un anniversaire, entre deux photocopieuses, au mieux pendant un mariage.

 La rencontre franco-russe.

La girafe blonde aux yeux bleus et aux joues gourmandes nous raconte alors sa folle rencontre qu’elle précise de « simple. Voir presque servie sur un plateau en argent. Il ne manquait plus que le caviar. » :

« Quand j’ai quitté mon Saint-Pétersbourg pour votre Paris, je ne parlais que très peu votre langue. Il n’y a que dans les bars que je la parlais à la perfection, dit-elle en faisant signe au serveur de nous remettre une nouvelle bouteille de Veuve Cliquot (vu son aplomb, il est évident qu’elle a fait de sacré progrès). Très vite, reprend-t-elle, je me suis sentie seule et j’ai eu le mal du pays. Les rencontres avec les hommes c’était une sacrée galère avec mon français. Répondre aux questions de ces mecs, c’était une épreuve olympique. Je bégayais, parlais anglais russe et français dans la même phrase… Fatiguée, j’ai fini par jeter l’éponge.

Un jour, une amie m’a dit qu’elle avait rencontrée son mec sur Parship, un site de rencontres. Au départ, ça m’a moyennement enchanté… Je pensais qu’il fallait être désespérée pour faire ça. Certes, je l’étais un peu mais on s’en fiche !

Elle s’hydrate à l’aide de deux gorgées de champ’ puis avec un grand sourire, elle enchaîne : un soir alors que je buvais un petit verre de vodka chez moi avec cette même amie, je me suis jetée à l’eau en m’inscrivant sur ce fameux site. Après quelques rencontres, j’ai finalement croisé mon français, mon prince Nauno. Patient comme c’est pas possible ! Il lui arrivait de faire semblant de comprendre ce que je lui racontais. Honnêtement, il n’avait pas la face d’un Dimitri ou d’un Vladimir mais ses cheveux longs et son humour à la française ont fait qu’un jour… Il me passa la bague au doigt ! Tout simplement. Voyez, je vous l’ai dit, une rencontre simple.

Une connexion, des clics et merci Parship car dans trois jours il m’amène à Venise pour mon anniversaire, conclut-elle d’un sourire niais tout en sirotant les bulles de son précieux liquide. »

 Josepha conquise par ce récit « glamour version 2.0 » s’adresse à Suzy et moi :

« Et les deux célib’ ! Fermez vos bouches on voit vos moules… Bon maintenant vous savez ce qu’il vous reste à faire ? Direction Parship ! Il serait temps de grandir un peu… Dans un an et demi, c’est ? C’est vos 30 ans ! »

 _ J’ai plus faim, répond Suzy.

_ Moi j’ai soif.

Astrid El Chami 

Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. voilà, hop, tout comme moi 🙂

    Réponse
  2. J’ai bien aimé ta phrase « mariée à son mari », on sait jamais si elle était marié à quelqu’un d’autre :p

    Ben moi, j’ai rencontré ma femme sur internet, mais on n’étais pas encore au 2.0, c’était la version 1.0 (Caramail) 😉

    Réponse
    • Oui moi aussi j’aime bien ma petite phrase 🙂 Cela dit, elle aurait pu de marier à sa femme ! Toi aussi internet…? Waouh, décidément je vais finir par y croire 😀

      Réponse
      • Après, je ne sais pas si les sites de rencontres sont les mieux.
        Je pense que des sites du genre (OVS ou les réseaux sociaux) sont mieux car la rencontre est au départ amicale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :